Conférence de Sophie Rébiscoul-Lavine à l'IFM

Sophie Rébiscoul-Lavine, auteure de "Introduction à la question du tableau comme objet de pensée", parle du peintre Pierre Dunoyer aux étudiants de l’Institut français de la mode en décembre 2012.

 

http://www.ifm-paris.com/fr/actualite/item/67927-a-propos-de-pierre-dunoyer.html

"Introduction à la question du tableau comme objet de pensée" - Présentation

 Sophie Rébiscoul-Lavigne présente son livre : "Introduction à la question du tableau comme objet de pensée. Pierre Dunoyer - Martin Heidegger".

 

"Introduction à la question du tableau comme objet de pensée tente d'énoncer la question de notre présence au monde : nous les êtres humains, que faisons-nous là, au présent, les uns avec les autres ? Comment un être humain contacte-t-il, s'adresse-t-il à un autre être humain ?



C'est à partir de la question du tableau que je me suis emparée de nos questions fondamentales. 



Qu'est cet étant particulier : un tableau, qui est physiquement là (une toile, un châssis, des taches colorées) ? Qui, prenant place, de manière privilégiée, au mur de la maison, de la galerie ou du musée, face à notre regard, s'adresse à notre être. Le tableau n'est ni image ni chose, ni un outil ou un moyen, ni un concept ou une idée, ni une pratique ou une théorie... Ni l'être. Il est l'objet de notre souci.



Non pas un objet au sens commun du terme mais l'objet qui, nous faisant face, nous indique une parole par laquelle nous pouvons entrer en proximité avec nous-mêmes, et avec les autres : le volume objectal nous accueille et nous invite à nous-mêmes en ce que nous sommes nous-mêmes oeuvrant(s).



Le tableau ne représente rien. Il nous indique notre propre présence, notre être-là, en ce qu'il nous pense : le tableau est l'objet de pensée. Le travail pictural-pensant du peintre de tableaux Pierre Dunoyer manifeste cette énorme évidence depuis 1978.



Mon souhait et mon travail ont consisté à faire en sorte que le texte de ce livre permette, par les mots, d'en prendre conscience, à différents niveaux de questionnement. C'est en m'adossant au travail pictural de Pierre Dunoyer ainsi qu'à ses écrits (le tableau comme objet de pensée), et au travail philosophique de Martin Heidegger (la question du sens de l'être) que j'ai pu voir apparaître et s'énoncer la question du tableau au plus proche de nous, comme manifestation de notre présence au monde.



À travers une analyse de citations et un choix iconographique précis, j'ai voulu que ce livre approche, en les rassemblant, les interrogations fondamentales qui émergent des ressources dont nous disposons aujourd'hui, pour penser. Ces ressources, qu'elles soient picturales, philosophiques ou cinématographiques entrent en dialogue. Questionnées par l'auscultation des concepts qu'elles nécessitent, elles nous soutiennent par leur solidité à l'endroit, questionnant en retour, de notre souci contemporain : notre liberté. 



S'il n'est sans doute pas facile au premier abord, le livre rend possible l'approche de ces ressources : le lecteur, invité, se trouve en mesure de découvrir des énonciations qui auraient pu lui rester inaudibles, ou lui demeurer oubliées. Le texte travaille dans un souci de considération et d'autorisation. Il espère montrer au lecteur en quoi il est, dans sa vie, directement concerné par la question de l'être. Les distinctions essentielles qui nous structurent avec force (et pourtant de manière parfois non soupçonnée : être/étant, objet/chose, couleur/matière, tableau/peinture) lui étant livrées, le lecteur se trouve en mesure, et en droit, de s'approprier la question du tableau.



Bien sûr, je suis consciente du travail de pensée qu'implique la lecture de ce livre. Mais, en cela même, en cela surtout, le lecteur est adressé en sa propre capacité de pensée et d'étonnement au plus vif, au plus vivant de son être là. Je ne voulais pas esquiver la première question de votre «questionnaire décalé» (qui êtes-vous ?) mais ce n'est alors plus l'auteure, que je suis, qui pose les questions : le lecteur, lui-même, peut s'emparer de ses ressources propres pour questionner son rapport au monde, à l'autre.



Ce livre est un chemin d'accès au tableau peint par Pierre Dunoyer. Il me faut souhaiter à mes lecteurs l'éprouvement qui fut le mien à mon premier contact avec le travail pictural de Pierre Dunoyer, et qui m'accompagne jusqu'ici, c'est-à-dire jusqu'à l'accomplissement de ce texte comme livre.



Les tableaux de Pierre Dunoyer m'ont littéralement décollé la rétine. Il y va là, avec eux, de ce que le monde nous donne en partage, «ainsi qu'en un tableau».



 

SOPHIE RÉBISCOUL-LAVINE, le 5 novembre 2009

 

 

Entendement et étonnement, par Sophie Rébiscoul-Lavine

 

Sophie Rébiscoul-Lavine revient ici sur les problématiques majeures de son livre sur le travail de Pierre Dunoyer, peintre.

 "Le tableau n’est pas une image (image / magie). Il n’a rien à voir avec une illusion, un écran. Sa fonction est de maintenir le principe même d’une altérité : d’être un étant autre, suffisamment primaire et puissant, qui puisse court-circuiter notre entendement, là où quelque chose travaille en sourdine à notre endormissement. Là où ça nous empaille."

 

Lien pour le texte complet en pdf

Erratum "Introduction à la question du tableau comme objet de pensée"

ERRATUM : Introduction à la question du tableau… Page 22 :

à la place de : « […] Nous sortons de l’anthropologie pour rejoindre ontologiquement le passage de la raison à la raison d’être… 21 »,

il faut lire :
« […] Nous sortons de l’anthropologie pour rejoindre ontologiquement le passage de la raison d’espèce à la raison d’être… 21 »